Logo Yannick Fichant  
 
Menu :
 
 

 
 
Photos
 
 
Yannick portrait06 coul 21
Afficher l'album
Yan04
Afficher l'album
Plaisirs du vin 01
Afficher l'album
Tous les albums
 
 
Citations :
 
  Ce qui
m'étonne c'est que
des gens puissent mal jouer la
comédie - alors que, tous, ou
presque tous, ils la jouent du
matin au soir - et quelquefois
si bien!



Sacha
Guitry


Citations...

 
 
Visiteurs :
 
 
En ce moment:
0 membre
1 visiteur
1 visite aujourd’hui

Record visites :
15/10/17 : 2005 visites
Record membres :
02/08/06 : 6 membres
Record simultané :
13/05/10 : 122 visiteurs
18/12/17 : 3 membres
 
 
membres on-line :
 
 
Aucun membre connecté
 
 
Nombre de visiteurs :
 
 
933 779 visiteurs
depuis le 05/05/2006
 
 
 
 
 

Index des articles > Billets d'humeur > Quelle culture ?

 
 
Quelle culture ?
 
 

Article posté par ΨYannick.
Paru le jeudi 19 avril 2007 à 08:17
Vu 127 fois.

Quelle culture ?



C'est vrai que ce n'est pas le sujet principal de la campagne présidentielle, mais il est question de culture dans les programmes des candidats.

Fin Janvier Télérama avait déjà posé la question à certains candidats, voici ce qu'il en est sorti :
lien Télérama

Un autre site, édité en lien avec la SACD (Société de Auteurs et Compositeurs Dramatiques, équivalent de la SACEM pour les auteurs de théâtre) a rassemblé toutes les déclarations, extraits de discours des différents candidats :

http://www.2007culture.org

Quelques extraits :

Ségolène Royal :

[...]La culture est une urgence sociale. Ce n’est pas un supplément d’âme, un secteur
à part. Toute notre politique doit permettre l’émancipation de l’individu des
carcans qui pèsent sur lui. Et la culture est la plus belle et la plus profonde des
émancipations. La culture est le chemin de la liberté.
Chaque citoyen a droit à l’exception qu’incarnent l’art et la culture dans un monde
obsédé de rentabilité de court terme.
[...]
Soutenir le spectacle vivant par un plan sur 5 ans en réorganisant le système des
aides publiques et en clarifiant les responsabilités de chacun. Pérenniser un
système équitable de soutien aux intermittents du spectacle par la défense des
métiers artistiques et techniques du spectacle.
[...]



François Bayrou :

[...]
Une première raison est une raison d'êtres humains, de femmes et hommes pour qui la culture représente le chemin de la construction personnelle et de l'émancipation des contraintes du passé. La culture est une dimension essentielle de l'épanouissement des êtres humains, individuellement, c’est une dimension essentielle des sociétés, de leur identité, de leur projet collectif commun.
[...]
Il y a dans ce dossier un non-dit, un non-avoué, qu'il convient de mettre au jour. C'est que le chômage des intermittents n'est pas principalement une action sociale, c'est la forme la plus élaborée d'aide à la production. L'intermittence sert à alléger les coûts de production de structures privées et publiques qui jouent avec les règles de l'intermittence pour ne pas assurer les charges qui devraient être les leurs.
C'est inacceptable. L'Unedic n'est pas faite pour être le mécène de la culture française. Il faut se tourner vers les chaînes, les organismes. Des personnes employées à temps plein sur des émissions de télévision bénéficient de l'intermittence. S'il faut aider la production, il faut l'aider de manière transparente.
[...]


Autre discours :

[...]
Deuxièmement, il faut traiter de la question des intermittents du spectacle, pour aider la vraie intermittence et proscrire la situation actuelle où l'intermittence sert, en fait, à subventionner en douce les entreprises de production. La vocation de l'ANPE, c'est la solidarité, pas le mécénat audiovisuel.
En pensant à cette orientation profonde en faveur des intermittents, je me dis que les intermittents, pourvu qu'on le veuille, ont leur place, pendant les périodes où ils se trouvent sans emploi, dans d'autres activités, des activités scolaires, pour assurer l'enseignement et la transmission de la culture, des activités scolaires ou associatives au sein desquelles ils pourront transmettre quelque chose de la passion autour de laquelle ils ont organisé leur vie. »
[...]



Nicolas Sarkozy :

[...]
Longtemps l’art a participé d’un imaginaire commun qui lui donnait un sens. Or, le fait majeur de notre époque, c’est l’éclatement de l’imaginaire collectif en une multitude d’imaginaires individuels de moins en moins capables de communiquer les uns avec les autres.
La disparition, peut-être pas définitive, mais bien réelle, d’un imaginaire commun est le corollaire de la dislocation d’une culture commune, d’une sensibilité et d’une croyance partagées par le plus grand nombre.
Nous ne sommes pas confrontés à une crise de l’art ni à une crise de la culture. Mais nous sommes confrontés à une crise de la transmission de la culture, de la transmission des valeurs esthétiques, intellectuelles, morales, qui fondent une vision commune du monde, qui permettent de partager des émotions, des sentiment, parce que l’on partage une façon de les exprimer.
[...]
De même, je mesure pleinement le rôle joué par les intermittents du spectacle, sans lesquels il n’y aurait pas de spectacle vivant, pas de créations cinématographiques, ou audiovisuelles. Il est normal qu’ils bénéficient d’un régime d’indemnisation du chômage particulier, qui est d’ailleurs unique dans le monde. Je suis favorable à une
indemnisation généreuse qui permette à ceux qui décident de travailler pour la culture de vivre convenablement quitte à leur demander en contrepartie de contribuer au développement de l’enseignement artistique et à la
découverte par les jeunes des métiers de la culture.
Pour l’instant, un nouvel accord vient d’être signé. Je pense qu’il faut le laisser vivre et en faire le bilan dans quelques mois. Mais la vérité, c’est qu’un accord sera toujours insuffisant tant qu’il se fera dans un contexte de pénurie. Or, je suis convaincu que l’emploi culturel est plein de promesses, et qu’il compte parmi les secteurs les plus créateurs, potentiellement, de richesses et de croissance, en particulier du côté du cinéma et de l’audiovisuel. Je ferai tout pour le développement de l’emploi culturel.
[...]
 
 
>>Masquer les commentaires [1]
 
 
 
Commentaire n°1/1
 
 
Remonter Posté le 23/04/2007 par ΨYannick

 
Bon, pour se faire une idée des volontés réelles : Nicolas Sarkozy étudie quand même l'éventualité de faire disparaitre le Ministère de la Culture et de la Communication smiley sg3agg23g.gif
 
avatar

Il ne faut pas être amoureux du théâtre... il faut l\'adorer. Ce n\'est pas un métier, le théâtre, c\'est une passion ! - Sacha Guitry